Ca a peu de risque de vous avoir échappé, depuis quelques temps, nombreux sont les youtubeurs qui en parlent, à commencer par le plus gros et le plus célèbre d’entre eux, PewDiePie. Depuis quelques semaines, peut-être quelques mois, on constate des choses apparemment étranges sur la plate-forme, et quand je dis « on », il ne s’agit pas des spectateurs, mais bien des créateurs. Quelques uns d’entre eux ont bien essayé d’attribuer ces changements au comportement des utilisateurs favorisant le putaclic (cf. la vidéo de Baptiste Mortier-Dumont d’Experimentboy ou celle de Stéphane Couchoud des Frenchies), mais généralement on a plutôt dans l’idée que le problème vient de YouTube, et uniquement de YouTube. On va détailler ça un peu et voir de quoi il s’agit.

L’algorithme YouTube encore modifié

Alors celui-là, c’est un classique : « l’algorithme YouTube a été modifié, et YouTube ne nous a pas prévenus, du coup on ne s’adapte pas aux nouvelles règles de celui-ci, du coup on perd en visibilité ». C’est notamment le premier point dont parle Absol dans sa vidéo sur le sujet. Détaillons.

L’algorithme YouTube a été modifié : bon, déjà, l’algorithme YouTube est continuellement modifié; il y a des dizaines de personnes qui travaillent sans relâche à améliorer, affiner, débugger (aussi, oui) et optimiser cet algorithme ou, plutôt, ces algorithmes. Pour le coup, je vais remettre quelques instants ma casquette d’informaticien pour vous raconter un peu ce qu’il en est. Bon, déjà, c’est quoi un algorithme ?

Algorithme

Un algorithme, c’est une succession d’instructions précises qu’on donne à un ordinateur dans le but de réaliser une opération plus ou moins complexe. Je ne vais pas rentrer dans le détail, ce n’est pas l’objet, mais voyez un algorithme comme une recette de cuisine très précise. Un exemple simple d’algorithme pour trouver le plus grand nombre parmi une liste pourrait être le suivant :

  • y a-t-il au moins deux nombres ? Si « non », le premier est le plus grand; si « oui », continuer
  • comparer les deux premiers nombres, et stocker le plus grand dans la variable « max »;
  • tant qu’il y a encore des nombres, les comparer un à un au nombre dans la variable « max » et enregistrer le plus grand des deux dans la variable « max »;
  • le nombre dans la variable « max » est le plus grand.

Voilà un exemple très simple d’algorithme.

Il y a, sur la plate-forme YouTube, tout un tas d’algorithmes plus ou moins complexes; ceux qui nous intéressent ici sont les suivants :

  • quelles sont les vidéos suggérées après une vidéo ?
  • quelles sont les vidéos proposées dans l’onglet « tendances » ?
  • à quel moment va-t-on afficher une publicité, et laquelle, avant, pendant ou après une vidéo ?

Il y a de nombreux autres algorithmes sur la plate-forme (par exemple, comprendre une recherche lorsqu’elle contient des fautes d’orthographes, dans quel ordre afficher les résultats d’une recherche, etc.), et on va vraiment se concentrer sur ces trois-là qui, selon moi, permettent de répondre à la question que se posent les youtubeurs actuellement.

Mais avant de parler de ces trois cas, est-il normal que YouTube modifie son algorithme sans prévenir personne et, surtout, sans indiquer à personne la nature des changements réalisés ? Réponse courte : Oui, évidemment !!

Réponse longue :

un des rôles premiers du fameux algorithme YouTube est de « ranker » les vidéos, c’est à dire de les classer par ordre de pertinence; comme on peut l’imaginer, un tel classement est un casse-tête monumental, parce qu’une vidéo danoise éminemment pertinente est tout à fait inutile pour un public ne parlant pas danois et pour lequel des sous-titres dans sa langue n’existent pas, pour ne parler que de cela.

Sur YouTube, il existe tout un tas de catégories différentes de YouTubeurs, et nombreux sont ceux qui estiment leur contenu extrêmement important, voire d’utilité publique; d’une manière générale, les créateurs (pas tous, bien sûr) cherchent à obtenir un maximum de visibilité sur la plate-forme, et aimeraient tout naturellement connaître les « bonnes pratiques » pour se retrouver régulièrement dans les suggestions, les tendances, etc. Sauf que les suggestions et les tendances ne sont pas faites pour les créateurs mais pour le public; et le public doit se voir proposé un choix relativement clair. Si la page d’accueil de YouTube proposait des centaines de milliers de vidéos dans un ordre totalement aléatoire, l’expérience utilisateur serait vraiment très mauvaise. Il ne faut jamais oublier que le premier client de YouTube est le spectateur, tout est organisé autour de lui. Certes les créateurs fabriquent le contenu de la plate-forme, et certes les annonceurs sont la source d’argent de YouTube, mais YouTube ne peut fonctionner qu’avec un public.

Du coup, que se passe-t-il ? Il y a plusieurs terrains en jeu. D’un côté, vous avez YouTube, qui dispose d’un ensemble de vidéos sur la plate-forme et qui souhaite les classifier, les organiser et enfin les proposer de façon pertinente au public. D’un autre côté, vous avez des créateurs qui souhaitent que leur contenu soit proposé au public; il faut donc que ce contenu soit classifié et organisé de façon à l’être. En conséquence de quoi il y a une course permanente, depuis la création de YouTube (ou peu s’en faut), entre les créateurs qui cherchent à obtenir les meilleurs résultats lorsque leurs vidéos passent à la moulinette de l’algorithme, et entre les ingénieurs YouTube qui doivent, d’une part, améliorer l’algorithme pour augmenter sa pertinence mais également, d’autre part, limiter au maximum les biais artificiels que mettent au point les créateurs. Pour mieux comprendre ce problème, prenons un exemple simple et aujourd’hui connu — YouTube ne communique quasiment jamais sur son algorithme, du coup les exemples « connus » sont rares, mais celui-ci en est un.

Aux débuts de YouTube, l’algorithme considérait qu’un bon indicateur de la popularité d’une vidéo était son nombre de vues. Du coup de nombreux « créateurs » (je mets « créateurs » entre guillemets, parce qu’on est loin de véritables créateurs, pour le coup) utilisaient des titres extrêmement racoleurs pour attirer le chaland. Une vidéo qui se serait intitulée à l’époque « sex tape de Britney Spears » aurait pu rapidement comptabiliser un nombre conséquent de vues. Pour autant, le contenu n’aurait bien sûr pas du tout été ce qu’il prétendait être, et les ingénieurs YouTube ont rapidement procédé à des modifications des algorithmes afin de mieux comprendre si une vidéo était en adéquation avec la promesse qu’offrait son titre ou sa vignette. On a vu alors disparaître la notation en étoiles pour voir apparaître les pouces vers le haut, mais également les pouces vers le bas. De plus, le temps de visionnage d’une vidéo est entré en ligne de compte en tant qu’indicateur. Si une vidéo qui dure 10min n’est généralement visionnée qu’une dizaine de secondes, son contenu ne peut pas être considéré comme pertinent.

Des exemples comme celui-ci, il y en a de nombreux autres, évidemment, qui poussent à une amélioration permanente de l’algorithme, mais puisque ce dernier est un secret de la plate-forme, les exemples en question ne sont connus ni du public, ni des créateurs.

En résumé : l’algorithme YouTube vise à améliorer l’expérience utilisateur du public tout en limitant au maximum qu’il soit artificiellement manipulé par les créateurs de vidéos.

Suggestions et tendances

Pendant assez longtemps, les suggestions étaient intimement liées au contenu qui venait d’être visionné et la plate-forme se contentait de vous proposer d’autres vidéos du même créateur, ou d’autres vidéos sur le même sujet; les tendances, quant à elles, faisaient la part belle aux vidéos les plus populaires qui, assez logiquement, émanaient très souvent des mêmes chaînes, elles-mêmes très populaires. Pendant des années, les tendances me proposaient inlassablement du contenu mis en ligne par Cyprien, Norman, Rémi Gaillard, Natoo, Squeezie, Jhon Rachid, etc. Cela pouvait vous plaire ou pas, mais c’était relativement simple à comprendre : vous voyez qu’une vidéo en est à 12 millions de vues, vous comprenez qu’elle soit dans les tendances. Derek Muller, sur sa chaîne secondaire Veritasium 2 propose une explication très claire du besoin de changement de ces parties là de l’interface YouTube, et je vais m’en inspirer pour vous l’expliquer à mon tour (si vous parlez anglais suffisamment correctement, regardez directement sa vidéo, c’est bien mieux).

 

Feedback loops et phénomènes de bulles

Qu’on nomme ce phénomène ainsi ou non, on en a quasiment tous fait l’expérience : les sites tels que YouTube, Facebook ou Twitter ne nous montrent que ce qu’on regarde. Prenez Facebook, par exemple; mettons que vous avez une centaine d’amis sur ce réseau social; si vous y êtes actifs, vous avez sans doute déjà constaté que certains de vos amis semblent totalement inactifs : non seulement vous ne voyez jamais leurs posts mais, de plus, ils ne likent ni ne commentent quasiment jamais vos propres posts. Regardez votre mur FB attentivement, puis rendez-vous dans votre liste d’amis; trouvez-y un ami que vous ne voyez pas sur votre mur, et allez sur son profil; il y a de fortes chances que, pourtant, son profil soit régulièrement mis à jour. Dernière étape de l’expérience, likez ou commentez un de ses derniers posts, et revenez ensuite sur votre mur. Comme par magie, cet ami vient de réapparaître dans votre vie sociale virtuelle. Il était hors de votre bulle.

Ce n’est pas de la mesquinerie de la part des ingénieurs Facebook, mais cela répond à une nécessité technique. Le but de Facebook est de vous proposer une expérience utilisateur entre autres choses confortable; et si vous voyiez passer tous les posts de tous vos amis en permanence, votre mur deviendrait rapidement totalement illisible. Alors l’algorithme Facebook fait des choix : il vous propose les posts des gens avec qui vous avez récemment interagi, en plus de quoi il vous propose des posts particulièrement populaires d’autres de vos amis (si un de vos amis « invisibles » poste un topic sur lequel il y a massivement plus de commentaires/likes qu’à son habitude, ce post apparaîtra sur votre mur). C’est la même chose sur Twitter et, d’une certaine manière, c’était la même chose sur YouTube.

Sauf que YouTube n’a pas le même objectif que Twitter ou que Facebook (qui, entre eux deux, n’ont pas non plus les mêmes objectifs); un des objectifs de YouTube est de vous faire découvrir des contenus susceptibles de vous plaire. Et comment vous faire découvrir des chaînes que vous ne connaissez pas encore ? Via les onglets suggestions et tendances. L’onglet suggestions vous est dédié, et ce qui apparaît, que ce soit pertinent ou pas, a été mis là pour vous et uniquement pour vous; alors que l’onglet tendances est censé refléter ce qui se popularise, y compris si ce n’est pas pertinent pour vous.

L’idée est, à mon sens, parfaitement louable. Le but est-il atteint ? Clairement pas encore, mais on s’en approche, petit à petit.

Un truc qui me consterne est la facilité que peuvent avoir des créateurs aujourd’hui à juger de façon ferme et définitive comme mauvais certains contenus, les décrivant comme « objectivement mauvais », et n’hésitent pas, parfois, à s’appuyer sur un regretable « tous les vidéastes pensent comme moi à ce sujet » qui ne repose sur rien d’autre que « les quelques vidéastes avec qui j’en ai discuté sont d’accord avec moi »…encore un phénomène de bulle. Prenons des cas qu’on pourrait qualifier d’extrêmes.

Le putaclic semble avoir la part belle, ces temps-ci, tout comme le daily vlog; nombreux sont ceux qui vont vous dire que ces contenus sont tout simplement « de la merde ». Sauf que c’est un peu rapide, de catégoriser ainsi; en effet, ces contenus sont regardés — ils font des vues — dans la durée — le temps de visionnage est bon — et provoquent des interactions — likes, commentaires, partages. Du coup, ces contenus répondent clairement à ce qui devrait constituer une vidéo pertinente. On me rétorquera que, souvent, la vidéo demande dès les premières secondes de « mettre un pouce bleu »; certes, ce n’est pas ma façon de faire, mais pourquoi diable serait-ce mauvais ? Personne n’oblige qui que ce soit à mettre un pouce bleu, les gens le font de leur propre gré.

Il y a, derrière cette rhétorique, deux choses qui me gênent; d’une part, l’idée que le public est manipulé parce qu’il est idiot, et ce type de jugement m’insupporte, ne serait-ce que parce qu’en plus d’être Youtubeur je suis un spectateur de vidéos sur YouTube; et d’autre part, l’idée qu’il existe des vidéos « objectivement bonnes » et des vidéos « objectivement mauvaises » sur YouTube. Certes, à titre personnel, il y a des vidéos que je trouve excellentes et d’autres terriblement honteuses. Mais cela n’est que MON OPINION. Et il ne me viendrait pas à l’esprit une seule seconde de blâmer qui que ce soit de préférer regarder un vlog lifestyle ou un top 5 plutôt qu’une de mes vidéos. Je me permets d’ailleurs de rappeler à Absol, s’il l’a oublié, que le déclic qui a rendu sa chaîne populaire était une vidéo intitulée « les vrais salaires des youtubeurs célèbres », et que sa dernière vidéo qui comptabilise plus de vues en moins de temps qu’à son habitude s’intitule « Youtube se meurt ? ».

Ainsi donc, le putaclic semble ne pas être un problème dès lors qu’on propose un contenu qu’on pourrait qualifier « de qualité »; et j’en conviens : à titre perso, je trouve que les vidéos d’Absol sont travaillées. Evidemment, je ne suis pas toujours d’accord avec ce qu’il dit, je n’apprends pas toujours quelque chose, mais c’est le cas pour d’autres et, qu’on soit d’accord ou non, on peut apprécier le débat correctement posé. Mais encore une fois ce n’est que MON OPINION. Il n’y a pas de critère absolu permettant de déterminer objectivement qu’une vidéo dont le titre est putaclic est de qualité ou non.

Dirty Biology utilise régulièrement des titres et vignettes racoleurs pour proposer un contenu construit et qu’à titre personnel je trouve d’une grande qualité; des Youtubeurs comme DocSeven ou Poisson Fécond ont longtemps exploité, délibérément ou pas, le fait que l’algorithme YouTube semblait favoriser les vidéos en forme de tops; pour autant, on peut considérer que leur contenu est de qualité ou pas.

 

Il y a de plus en plus, et je le déplore d’autant plus que cela émane pas mal de vulgarisateurs, un jugement du public au sein de YouTube; on semble considérer que YouTube devrait mettre en avant les contenus culturels et pas les « vidéos faciles qui ne parlent de rien ». Et je ne vais pas faire semblant de ne pas comprendre la logique, évidemment : un daily vlog ne prend que quelques heures au plus pour être produit et publié, là où une vidéo de Dirty Biology, pour reprendre son cas, peut prendre des semaines de travail. Cela dit, il y a une erreur, à mon sens, à vouloir que YouTube se donne pour mission de mettre tel ou tel contenu en avant. YouTube n’a pas de ligne éditoriale, contrairement à d’autres plate-formes telles que Dailymotion, sur laquelle on peut manuellement être mis en avant sur la page d’accueil ou en suggestions.

D’ailleurs, lorsque la « mode des vulgarisateurs » est apparue il y a environ trois ans, ces derniers ne se plaignaient pas d’être suggérés à un public qui, pourtant, regardait plutôt de l’humour ou du gaming, pas plus que les gamers ou podcasteurs ne se sont plaints de cette nouvelle « concurrence ».

Du coup, si je devais résumer cette partie, je dirais la chose suivante : l’onglet tendances va s’améliorer et s’affiner au fur et à mesure et, clairement, il ne représentera pas ce que chacun veut voir, mais ce que l’ensemble a tendance à aller regarder. Quant à l’onglet suggestions, oui, clairement, il reste du boulot, mais à titre perso, je suis ravi que YouTube me propose parfois des vidéos intéressantes de chaînes que je ne connaissais pas. (je rappelle qu’il est possible, sur Desktop, lorsque YouTube vous propose une vidéo, d’indiquer que ce contenu ne vous intéresse pas…cela permet aussi d’affiner les résultats qui vous seront proposés).

Notifications et désabonnements

Là, on touche au nœud du problème, car autant je suis d’accord pour que YouTube me propose un contenu original que je ne serais peut-être pas allé chercher moi-même, autant je souhaite qu’il me propose le contenu dont j’ai déjà indiqué que je m’y intéressais. Alors, de quoi parlons-nous ici ?

D’une part, si vous êtes abonnés à de nombreuses chaînes (une trentaine, une cinquantaine, une centaine…), il y a fort à parier que vous n’êtes pas tenu informé lorsqu’une de ces chaînes publie un nouveau contenu. Et encore une fois, cela a à voir avec le phénomène de bulles. Beaucoup de chaînes publient en même temps (plutôt le soir, plutôt le jeudi, le vendredi, etc.). Et YouTube a constaté qu’envoyer des notifications trop lourdes (imaginez recevoir des dizaines de mails par semaine pour vous parler de la nouvelle vidéo d’untel ou d’untel) avait pour conséquence un engagement moindre, ce qui est logique : plus vous recevez de mails similaires, plus vous les considèrerez comme des spams.

Du coup, ils ont mis en place le système de cloche qui, malgré ce qui a pu être dit, n’est en réalité pas récent du tout; il y a trois ans, j’avais déjà fait une vidéo pour expliquer comment recevoir des notifications lorsqu’un nouveau contenu était mis en ligne par telle ou telle chaîne, cela se trouvait déjà dans la partie « gérer mes abonnements »; la nouveauté est uniquement « la cloche » qui vous permet rapidement et simplement d’indiquer si vous souhaitez être notifié à chaque mise en ligne.

Et là, je ne vais pas faire comme les autres à ce sujet, je ne vais pas vous dire d’aller vite cliquer sur la cloche; je vais vous dire de faire un peu attention avec cette fonctionnalité car elle a sa raison d’être. Si vous activez les notifications sur toutes les chaînes auxquelles vous êtes abonné et que vous êtes abonné à beaucoup de chaînes, attendez-vous à être méchamment spammé de notifications. Du coup, sélectionnez ces activations judicieusement.

Mais quel est l’intérêt de ce « double abonnement » ? Si je m’abonne, c’est que je souhaite être notifié, non ? Pas nécessairement, en réalité. En effet, il y a d’une part les chaînes dont vous savez qu’elles sortent du contenu quasi-quotidiennement; pour ma part, je suis abonné à la chaîne de Squeezie et je n’ai pas besoin de recevoir des push ou des mails pour aller régulièrement voir ce qui s’y trouve; même chose pour Bazar du Grenier. Ensuite, il y a des chaînes auxquelles je suis abonné mais que je ne regarde pas toujours, et nous avons tous ce même genre de comportement. Parmi nos abonnements, il y a les chaînes qu’on regarde et celles qu’on regarde moins; mais on sait que ce comportement évolue et, qu’à un autre moment, on voudra peut-être revenir plutôt sur telle ou telle chaîne. L’abonnement est aujourd’hui devenu une sorte de « je garde cette chaîne notée quelque part parce que ce qu’elle raconte peut m’intéresser de temps en temps » et la cloche est devenue ce que faisait avant l’abonnement, à savoir « je veux voir les prochaines vidéos sur cette chaîne ».

Quant aux désabonnements, il y en a de plusieurs formes : les comptes inactifs, les abonnements achetés frauduleusement, etc. Mais là, depuis quelques semaines, un vrai problème semble être apparu : des vrais comptes utilisateurs qui s’étaient vraiment abonnés à des chaînes sont automatiquement désabonnés de celles-ci. Le constat est partagé par trop de youtubeurs dans le monde entier pour qu’il s’agisse uniquement d’un effet de bord, et le problème doit être adressé. Dianna Cowern, de la chaîne Physics girl, a récemment twitté une réponse de YouTube à ce sujet qui laisse entendre qu’ils ont bien pris connaissance du problème et que celui-ci est en cours de résolution. Dont acte. (vous noterez au passage comment avec un simple hashtag, Dianna dit tout haut ce que je pensais tout bas depuis longtemps : #youtuberproblems )

Cela étant, il faut aussi savoir une chose que le public ne sait pas nécessairement : chaque chaîne comptabilise en moyenne entre 8 et 15% de désabonnements; c’est assez régulier. On a, d’une part, les gens qui se désabonnent vraiment, mais également ceux qui cliquent deux fois pour s’abonner — ce qui fait qu’ils s’abonnent, puis se désabonnent, avant généralement de se réabonner en ne cliquant qu’une seule fois, mais cela compte comme un désabonnement — puis bien sûr les comptes inactifs, les faux comptes, etc.

Enfin, les démonétisations

Voilà aussi un sujet qui fait gueuler les créateurs sur les réseaux sociaux. Soyons clair sur ce dont on parle : depuis longtemps, les vidéos peuvent être démonétisées si elles contrefont des droits : vous passez une chanson sur laquelle vous n’avez pas de droit, la vidéo peut être démonétisée, voire strikée. Là, il ne s’agit pas de ça. Il s’agit de vidéos qui sont démonétisées automatiquement car leur contenu n’est pas considéré (automatiquement, encore une fois) comme ad-friendly.

Rappelons-le : le modèle économique de YouTube repose sur la publicité. Les annonceurs sont des clients de YouTube. C’est comme ça. Ca peut ne pas plaire à tout le monde, mais ce n’est ni un vice caché, ni une surprise; c’est quelque chose qu’on sait quand on coche la case « j’accepte les conditions générales d’utilisation de la plate-forme ». D’ailleurs, si on est contre, on peut toujours ne pas monétiser sa chaîne. Le problème n’est donc pas là. Le problème réside dans l’automatisme de la chose. En effet, on peut comprendre assez aisément que les annonceurs ne souhaitent pas nécessairement afficher leur publicité devant des vidéos anxiogènes qui parleraient de suicide, de viol, qui filmerait des gens en train de se battre ou ce qui se passe réellement dans les abattoirs.

Avant d’aller plus loin sur ce sujet, tordons le cou à quelques idées aussi profondément débiles que reçues : non, les annonceurs ne font pas démonétiser de vidéos, et non, les annonceurs ne font pas supprimer de vidéos. La seule possibilité offerte à un annonceur de faire cela, c’est de le faire au même titre que chacun d’entre vous : en signalant une contrefaçon de vos droits ou un non-respect des règles de YouTube. En tant que simple spectateur. Mais pas en tant qu’annonceur. La démonétisation dont on parle ici est automatique et réalisée par YouTube.

Déjà, ce problème est plus ancien qu’il n’y paraît; cela fait quelques semaines que les gens ont gueulé après cette énième modification de l’algorithme (qui n’en est pas une de « l’algorithme », mais passons), alors qu’en réalité cela fait très longtemps que cela existe. La modification réside dans le fait qu’aujourd’hui les créateurs sont notifiés lorsque cela arrive. Pourquoi seulement maintenant ? Parce qu’avant, cette notification apparaissait exclusivement aux networks, et que ceux-ci, gérant souvent des centaines de chaînes, n’étaient pas toujours suffisamment diligents pour résoudre le problème. Ainsi, notifier le créateur est une amélioration lui permettant de rapidement contester la démonétisation. Mais attention, soyons clair : si une vidéo est démonétisée dans les heures qui suivent sa publication, le mal est fait pour le créateur, car c’est dans les premières heures qu’il recevra le plus grand nombre de vues.

Pour ma part, j’ai été affilié à un network il y a environ deux ans (ce n’est plus le cas aujourd’hui) et, à l’époque, les gens du network m’avaient clairement incité à faire une chose simple : uploader la vidéo sur YouTube quelques heures avant sa publication afin de permettre à cet algorithme « démonétisateur » de tourner et de valider ou non le contenu ad-friendly de ma vidéo; ainsi, en cas de problème, il était possible de le contester avant même sa publication.

Conclusion

Désolé pour le pavé, mais je n’aime pas qu’on crache dans la soupe. C’est un peu caricatural, dit ainsi, mais l’informaticien que je suis sait la complexité de devoir gérer autant de paramètres sur une plate-forme qui dispose d’autant de contenus et qui est devenue, en trois ans, ma source de revenus principale. Il y a de plus en plus de contenus sur YouTube, et il y a de plus en plus de spectateurs sur YouTube. C’est une chose dont on devrait se réjouir, plutôt que de chercher à comprendre pour quelles raisons certains de ces contenus fonctionnent mieux que les nôtres. Et là, je m’adresse particulièrement aux vidéastes qui prétendent ne chercher ni les vues ni les abonnements, tout ceci ne change rien pour eux. Donc il nous faut admettre que si faire des vidéos sur YouTube est notre métier, c’est, comme tous les métiers, un monde dans lequel il existe de la concurrence. Les algorithmes de gestion de YouTube sont bien sûr imparfaits (notamment cette histoire de désabonnement qui ne sent pas bon du tout), mais ils sont globalement de mieux en mieux adaptés aux utilisateurs d’aujourd’hui. Parce qu’il est beaucoup plus dur de lancer sa chaîne aujourd’hui qu’il y a simplement un an, il est nécessaire que des fonctionnalités permettent de mettre ces contenus en avant. Et oui, il y aura toujours des petits malins pour mieux comprendre comment fonctionne l’algorithme, soit parce qu’ils auront de la chance, soit parce que leur beau-frère travaille chez YouTube, soit parce qu’ils auront compris que commencer un titre par « TOP 5 » permet une meilleure mise en avant. Si l’essentiel pour vous est de faire le contenu que vous avez envie de voir sur le net, alors faites-le, tout simplement, et ne prétendez pas savoir à la place des gens ce qu’ils ont envie de voir; faites confiance à votre communauté pour partager les contenus qui méritent de l’être, et rappelez-vous que vous aurez beau penser que « la télé c’est de la merde », il y a toujours des gens qui regardent. Et il n’y a aucune raison que cela se passe différemment sur le net.

la bise.

40 comments

  • Je trouve ce billet très intéressant et courageux, prendre le contrepieds des youtubers qui se plaignent pour se mettre a la place de youtube est assez innovant. Mais tu ne parle pas d’un autre problème sur l’onglet tendances, le nouvel « algorithme » semble privilégier des videos de chaines de télés ou autres qui aurait payées pour être présente (leur nombre de vue, de likes ou de commentaires ne justifiant pas leur placement)

    • comme pour tout le monde, je ne sais pas ce qu’il y a dans cet algorithme, donc je ne peux que faire des suppositions. Si, comme ils le prétendent, YT ne fait aucune mise en avant manuelle et laisse l’algo choisir automatiquement, alors en réalité cela n’est pas si choquant que ça; il y a souvent dans l’onglet tendances des vidéos qui n’ont pas tant que ça de vues, de likes ou de commentaires. Je pense (vraiment, je ne sais pas) qu’il s’agit surtout de mouvement sur un temps assez court; par exemple si une chaîne fait des vidéos généralement à 10k vues, mais qu’une vidéo fait d’un coup 50k vues, ce n’est pas énorme pour une tendance YT, mais ça peut laisser penser qu’il y a quelque chose autour de cette vidéo; si de plus elle est partagée 600 fois là où les autres ne le sont généralement que 12 ou 15 fois… Tout ça pour dire qu’à ma connaissance, il n’y a pas de paiement contre une mise en « tendances », et que par ailleurs rien ne nous permet de dire d’une vidéo que son nombre de vues, de likes ou de commentaires « ne justifie pas son placement »…la réalité, c’est qu’on ne sait pas comment fonctionne cet algo et le seul truc qu’on peut en dire, c’est que si une vidéo se retrouve automatiquement dans la partie « tendances », c’est que d’une manière ou d’une autre, l’algo l’a permis.

  • Intéressant article. D’un point de vue utilisateur, et j’ai conscience que ma façon de voir les choses est un peu « extrême », je n’aime ni que l’on me suggère des choses de façon automatisée, ni l’effet de bulle.
    Pour le premier, et j’ai conscience que ce soit un problème potentiel pour un vidéaste YT, j’ai encore le choix de la parade: le flux RSS. Je suis les productions de nombreux créateurs sur YT, pourtant je ne suis abonné à aucun d’entre eux (dont toi, Bruce). Avantages de mon point de vue: je ne rate aucune vidéo, et Google récolte un peu moins de données me concernant.
    Pour l’effet de bulle, je rêve d’un réseau social où la technologie ne vient pas choisir les contenus, mais malheureusement la dépendance à FB est telle que je doute un jour de voir un réseau décentralisé et respectueux arriver à attirer autre chose que des libristes.

    • sur l’effet de bulle, c’est malheureusement quasiment obligatoire dès qu’il y a suffisamment de contenus et d’utilisateurs…tu imagines un peu de quoi ça aurait l’air s’il y avait des milliers de posts chaque jour sur ton mur facebook ? Le coup du flux RSS est un bon moyen, en effet, de ne rien louper. Merci pour ce commentaire 🙂

      • Sur l’effet bulle, peut être que cela est obligatoire, mais j’aimerai en tant qu’utilisateur avoir le choix.
        Si j’ai envie de voir sur mon mur le post de mes 160 amis c’est mon choix…
        Si un jour j’ai le double d’amis et que cela devient dur à lire, je veux avoir le choix de switcher sur l’autre mode d’affichage.

        • Bonjour à tous,
          Exactement ma position, si j’ai envie de voir 150 Postscript par jour c’ est un choix… si tu préfères qu’un système choisisse pour toi c’est un autre choix…
          Après Bruce et c’est MA POSITION 🙂 je ne m’abonne pas ne m authentifié pas du coup impossible se poster sur certains sites et même impossible de consulter certains contenus….
          Je fais confiance à mes amis pour me suggérer des pages…

      • Je suis d’accord avec le côté utile de l’effet de bulle, mais pour rejoindre Labrique, avoir le choix c’est toujours mieux.

        Déjà parce que sur certains médias je limite volontairement mes abonnements et je veux expréssement voir l’intégralité des notifications de ceux que je suis. Et parce que parfois l’algorithme qui gère notre bulle prend des décisions incongrues … Pour les gens comme moi qui creusent à mort mais ponctuellement un sujet, c’est parfois un calvaire. Mes recommandations Youtube sont inondées de vidéos sur un thème précis des mois après la semaine où je me suis excessivement intéressée au sujet.

        Avoir le choix d’activer ce filtre, ou au moins remettre son profil à zéro, ne serait pas du luxe.

  • je suis quand même sacrément d’accord avec toi … et puis il y a pas mal de chose que je n’avais pas vue ça comme ça (aillant que le point de vue des youtuber genre absol)
    par contre dans la video d’absol ce qu’il m’avait plus plus fait réagir c’est d’une part les désabonnements automatique (YouTube travaille dessus … tant mieux)
    mais aussi le fait que dans ton fil d’actualité dans YouTube, il y ai certaine vidéo qui ne soit pas affiché … comme tu dit, youtube n’est pas facebook. je m’attend a avoir toutes les vidéos publié par mes abonnements quand je vais dans mes abonnements.
    hors ce n’est pas complètement le cas.
    je pense que c’est, la aussi, un bug. vue qu’il y a qu’un nombre restreins de vidéo que ne s’affiche pas … et qu’elle s’affiche souvent après actualisation.
    enfin voila je pense quand même qu’il faut appliquer le rasoir d’Hanlon … « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la stupidité suffit à expliquer. » (c’est un peut fort de parler de stupidité pour un bug mais bon .. ça s’applique plutôt bien.

    après pour les plaintes d’absol sur l’onglet tendance … qui regarde vraiment cette onglet ? ceux qui sont dans cette onglet sont suffisamment populaire pour être connue d’une autre manière.

    enfin moi ce qui me dérange le plus sur youtube depuis quelque temps. ce sont les pubs qui coupe les videos … quand tu as 5 pubs en 30 min de video … le bouton adblock me démange parfois.

    • Mon avis est résumé dans ce commentaire. C’est personnellement un automatisme d’aller direct dans l’onglet « Abonnements ». Mais quand celui-ci ne notifie plus de toute les vidéos pour lesquelles je me suis abonné à la base, oui, là je gueule, car ce n’est pas normal. C’est quand-même la fonction PREMIÈRE de la page. Quant à la cloche, je ne l’utilise pas et ne l’utiliserai jamais.
      Enfin, les désabonnements, oui, c’est régulier certes, mais il y a un gros problème et on ne peut pas le nier. J’ai pour ma part été désabonné de la chaîne du Joueur du Grenier sans que je n’aie rien fait (et sérieusement, wtf, pourquoi je me désabonnerais de lui, alors que j’attends chacune de ses vidéos avec impatience?).

  • Hello Bruce !

    Très bon article sur l’algo de Youtube 😉
    Perso, j’exerce le métier de SEO (je sais pas si tu connais ?), mais en gros mon taf (pour ceux qui ne connaîtraient pas) c’est de jouer un peu avec l’algorithme de Google pour faire remonter les pages des sites de mes clients, au sein des résultats de recherches naturelles.

    N’oublions pas une chose : Youtube = Google !!

    Or Google exerce des pénalités aux sites jouant un peu trop avec son algorithme pour se positionner (ce que l’on appel le Black Hat SEO). Ce qu’il se passe avec Youtube aujourd’hui me rappel un peu le déploiement des premiers algorithmes de pénalités de Google (qu’il appel Penguin, Panda, Colibri…). Ca a provoqué un raz de marré sur la toile car de gros gros sites se sont fait pénalisés, et sont tombés au plus bas dans les pages de résultats de recherches Google (aujourd’hui encore http://www.abondance.com/actualites/20161202-17293-infographie-10-sites-web-plus-penalises-google.html).

    En fait, je pense que l’histoire se répète en quelque sorte 🙂 Google veut coûte que coûte améliorer l’UX et la qualité de ses services. Étant donné que c’est un leader mondial, des gens, ou des robots jouent avec ses directives et ses algorithmes pour dégager un max de performances (titres putaclics, images racoleuses etc… pour le cas de Youtube), je trouve que c’est normal finalement qu’il « protège » la qualité de ses contenus par des pénalités. Après tout, Youtube reste un service Gratuit, donc pas étonnant qu’il y fasse ce qu’il souhaite !

    Ca reste mon avis, et je partage tes idées sur l’algo de Youtube !
    Je partage ton billet direct sur les Réseaux sociaux !

    Merci encore pour le taf que tu fais Bruce et pour la qualité toujours grandissante de tes projets. Je rêve du jour ou nos bons vieux médias (et j’insiste sur le terme « vieux ») se décideront à diffuser tes vidéos à la place de leur conneries habituelles !!!

    Très bonne continuation à toi #legrascestlavie

    Quentin

  • Très bon article, très travaillé à mon avis, qui combine un exposé très complet ,structuré et un coté subjectif (au sens où l’auteur indique clairement son opinion) qui cohabitent sans problèmes.
    Merci donc, Bruce, d’avoir prit le temps de la faire, et donc du coup, j’ai appris pas mal de trucs.

  • Bonjour,
    J’ai lu cet article avec grand plaisir et une certaine gratitude à ton égard, il se trouve qu’aujourd’hui et ce depuis quelques semaines nous sommes arrosés de vidéos de vidéastes nous parlent de ce fameux problème de « l’algorithme » et de leur pertes de vues au profit d’un onglet tendances rempli d’extraits de télévision et autres contenus avec peu de vues et qui sont généralement sponsorisés.
    Et je m’étais finalement plutôt fait à cette idée en la pensant vraie sans vraiment chercher à la remettre particulièrement en question alors que j’estime être critique vis à vis du contenu que je consomme (même si tout ce qui est sur internet est vrai).
    Ainsi, je te remercie cette petite remise en question, qui je pense pourrait être utile à une partie des consommateurs comme des créateurs.

  • Super article, très clair. Je reste assez admiratives de ce que brassent les algo Youtube, même si les pubs ciblées le sont un peu trop à mon goût (parce que bon les tests d’ovulation et de grossesse, ça va bien quoi). Globalement les suggestions sont vraiment pas déconnantes vu la quantité de contenu à traiter, et en temps que simple utilisatrice je trouve (naïvement ?) que ça va vers le mieux.

    De toute façon c’est un peu cyclique cette grogne des créateurs de contenus, quand la plateforme évolue.
    C’est exactement comme la sortie d’un patch Hearthstone ou WoW. Tout le monde râle, personne n’est content… Mais demain tout le monde sera toujours là et continuera à jouer le jeu avec les nouvelles règles. Une période d’adaptation, et c’est tout.

    Juste une question : c’est quoi un « network » dans l’univers de Youtube ??

  • Assez d’accord avec toi même si tu fais une erreur sur le terme client. Les client de youtube et des chaines TV sont les mêmes. Ce sont les annonceurs.
    En tant que spectateur, je suis un utilisateur.
    Je serais un client si je payais pour voir le contenu (comme chez Netflix par exemple) mais là, je ne suis pas client.

    Mais sans ça, c’est clair… long mais clair.

    Des bisous aussi !

    • Je suis assez d’accord, le client c’est l’annonceur, le spectateur serait plutôt le produit du coup 😉 Et le vidéaste un vague artifice marketing…

  • Très intéressant article comme d’habitude!
    J’aime ton approche et ta manière de gérer le sujet.

    Un question me trotte dans la tête depuis plusieurs jours et je la trouve en rapport avec le sujet, donc je la pose :
    Quand est il des vues comptabilisées lorsque nous visionnons des vidéos YT sur d’autre support tels que FB ou twitter ?
    Dans le doute, et depuis quelques semaines, une fois la vidéos regardée, sur FB par exemple, je prend quelques secondes pour aller mettre un pouce bleu sur YT aussi car je pense que mon like FB est différent de mon pouce YT. Mais dans l’article j’ai pu lire aussi :
    « Si une vidéo qui dure 10min n’est généralement visionnée qu’une dizaine de secondes, son contenu ne peut pas être considéré comme pertinent. »
    J’avoue ne pas regarder 2 fois la vidéo, donc sur YT, souvent je ne vois que les faibles secondes durant lesquelles je clique sur le pouce …

    Quand est-il au final ?
    Dois-je toujours préférer regarder la vidéo directement sur YT afin que mon « vote » soit pris en compte ?

  • À tout hasard, est-il possible de récupérer l’article en pdf pour le lire hors-ligne ?

    En tout cas sacré boulot d’un point de vue raisonnement ! Bravo

  • Putain la vache ! Comme ça fait du bien ! Merci Bruce.

    Enfin un mec avec des bollox qui ose dire ce qu’il pense. Plein le cul de tout ces casses-couilles qui chouinent pour un oui ou un non dès qu’un truc ne va pas dans leur sens.

    Ils ont la chance de gagner leur vie, ou à peu près tout en restant au chaud à la maison derrière leur écran, et non, faut que ça gueule pour un pet de travers.

    Bruce, en plus de faire des vidéos vraiment géniales, tu es un esprit libre et ça putain ça fait du bien !

    Voilà, désolé pour toutes ces vulgarité mais là j’ai pas pu faire autrement, c’était jouissif cet article.

    Tchô !

  • Super article Bruce, un point de vue différent c’est toujours super intéressant à lire. En plus, tu donnes ton avis et tu l’assumes, ça a de la valeur ! Merci.
    En revanche, tu as succombé à l’abomination de la désolation : « adresser un problème ». Mais bon dieu ! Ca n’existe pas « adresser un problème » ! On résout un problème en français …
    Allez, je vais forwarder ce message à mes followers …

  • Salut,
    Je n’arrive pas à adhérer à « le premier client de YouTube est le spectateur, tout est organisé autour de lui. » Je pense que c’est faux.
    Je suis en phase avec la description tripartite : créateurs – public – annonceurs
    (perso, j’appelle usagers les individu du groupe »vidéastes + visionneurs » qui utilisent YT pour diffuser ou voir des vidéos)
    Créateurs, public ou annonceurs : qui est essentiel ? pour savoir, j’ai fait une expérience. Je supprime un groupe et j’observe si YT tourne encore.
    1°/ del « créateurs » : il nous reste des vidéos, on se fait un peu chier car c’est toujours pareil mais comme il reste un public, il y a toujours des vues, des clics, du trafic et des pubs pour tout financer. C’est chiant mais ça tourne.
    2°/ del « public » : Les vidéastes créent, innovent et produisent de magnifiques (ou pas) vidéos même si personne regarde. Cependant, dans cette expérience mentale, les annonceurs continue à payer pour insérer leurs pubs. Les serveurs sont toujours alimentés et en pleine forme car y a personne pour pomper dessus. En bref, ça tourne ; à vide mais ça tourne.
    3°/ del « annonceurs » : y a plus de sous. On coupe l’électricité. On éteint les serveurs. Dead.

    La conclusion pour moi : Puisque c’est sa (sur-)vie, pour YouTube, « tout tourne autour des annonceurs ».

    Ainsi, est-ce que l’algorithme de YT doit proposer des vidéos qui vont intéresser le visionneur (public) en fonction des ses intérêts ou bien, n’est-il pas plus intéressants de proposer des vidéos (par exemple de clash/drama) qui vont engendrer d’autres clics/vues (en allant vers les réponses/critiques etc) et ainsi plaire aux annonceurs…

    Je pense qu’un système basé sur le financement publicitaire est vicié par essence. Dans ce système, je vois tous les usagers comme des produits : des vidéastes qu’ont utilise pour attirer un public qu’on vendra aux annonceurs.
    J’ai du mal à imaginer pourquoi YT ferait preuve d’un quelconque humaniste et voudrait considérer ses produits comme des humains.

  • Bonjour,

    Merci pour l’article, ça a au moins le mérite d’exposer un point de vu.

    Pour ma part, si je puis exposer le mien, et débattre des différentes idées observées dans l’article, je pense que le terme « ne pas cracher dans la soupe » est « symptomatique » à mon sens d’un avis qui exclut de facto une remise en question du modèle que propose youtube.

    Bien sûr, il ne faut pas prendre les gens pour des idiots, etc. etc. . Mais supposer que toutes les personnes cliquent par une volonté personnelle et sans ambiguïté sur une vidéo, c’est à mon sens aussi bête que de penser que tous les gens sont idiots et qu’ils ne réfléchissent pas à ce qu’ils veulent regarder.

    Car, si les vidéos fonctionnent mieux avec des « top 5 », des images qui donnent « envie » de cliquer, c’est bien que cela a un impact, et que quelqu’un sera plus susceptible de cliquer, donc de regarder la vidéo, donc de regarder des publicités (si la personne en question n’a pas de bloqueur de pub).

    Pour continuer sur le sujet, de ce que j’ai pu lire dans cette article, et ailleurs, de ce que je peux voir moi même en tant que « public », c’est qu’il y a un formatage des contenus, des titres etc. qui est induit par le fait même que ce sera ce type de contenu qui sera « algoplebscités ».

    Par exemple, je partage la même utilisation que seima, et au hasard, sur la dernière formidable vidéo d’un vidéaste inconnu (un mec qui s’appelle E-penser, complètement crétin comme prénom), et sur des vidéos de musiques, j’ai de nombreux contenus complètement débiles, dont :

    – des vidéos sur l’ésotérisme
    – la mort de kennedy orchestrées par raptor jesus (je déconne, mais j’ai beaucoup de vidéo sur les américains ne sont pas allés sur la une et tous les sujets de la sphère complotiste)
    – des vidéos qui sentent bon la fachosphère (je me réfère aux titres)
    – et enfin et surtout, une tripotée de top 10, de top 5 de top 15 de top 20, des 5 trucs de dingues, vous allez voir c’est ouf
    – sans oublier Obama est un reptilien.

    Bref, j’ai pour ma part l’impression, et ce n’est d’ailleurs pas qu’une impression, mais une intuition presque une conviction, que le formatage des contenus, induits par l’algorithme, créé des sortes d’appels marketing, qui me font penser à de la publicité.

    Alors certes, on est évidemment pas obligés de cliquer, de regarder, d’acheter le produit, de chercher à avoir des bon de réduction en mettant le code donné dans la pub, mais est-ce pour autant une bonne chose ?

    Je trouve que ça pollue, et je trouve que ce formatage est néfaste. Mais après, bien évidemment, on est pas obligés de cliquer, on peut juste subir ce type de vidéo, et chercher d’une autre manière des vidéastes intéressants.

    Mais parler d’expérience utilisateur c’est comme parler d’expérience client dans le marketing. On vise non pas à ce que client soit satisfait pour le simple bonheur de voir son client heureux, mais pour qu’il continue et acheter les produits qu’on lui propose.

    Et c’est cela qui est à mon sens dangereux, c’est que les vidéos ne deviennent que de simples produits aseptisés, qui en plus d’être pour la plupart médiocres (gros mot, mais on voit difficilement comment faire du contenu de qualité avec un top 10 qui dure 5 minutes(mais oui « chacun son avis, qui peut décider qu’est ce qui est de qualité et qu’est-ce qui ne l’est pas »)), nous sont imposés comme étant les produits du moment, les produits en promotion, les produits QU’ON DOIT VOIR. C’est non seulement dit dans le titre, mais proposé de manière sous-jacente par l’algorithme (pardon LES algorithmes 🙂 ).

    Bref, le débat est intéressant, mais je trouve que juste ne pas cracher dans la soupe est un peu faible (évidement l’article ne se résume pas à ça, c’est une tactique), et que penser la manière dont l’écosystème s’organise est évidemment du ressort du créateur de service, mais aussi de ceux qui les utilises, c’est à dire VOUS et NOUS.

    Bref, sinon d’accord avec seima sur l’ensemble de son commentaire.

    Et j’adore ce que vous faites !!!

  • Puisque tu en parles, allons y. Quand j’avais vu la vidéo de Baptiste, je m’étais dit « purée mais le mec se goure carrément… »
    Le fait de juger son potentiel public, parce qu’il regarde des vidéos prétendument « putaclic » et pas la pub pour son livre (ah les youtubeurs et les livres :)), je dois dire que je n’avais guerre apprécié !

    Par la suite se sont enchaînées des vidéos parlant de ce fameux algo « tout puissant », avec lesquelles j’étais plus ou moins d’accord, mais sans être vraiment convaincu.

    Je suis vraiment content d’enfin voir quelqu’un qui résume à peu près bien la chose, voir même plutôt très bien (je serais prof, je serais du genre à toujours trouver quelque chose à redire, là je te mets un 16). En grande partie parce que tu te places aussi du côté auditeur, et non pas seulement du côté vidéaste, tu dois être le seul à faire ça, et ça donne tout de suite quelque chose de beaucoup plus pertinent pour un utilisateur lambda.

    Tu devrais en faire une vidéo d’ailleurs, ASKIP c’est la mode, ça remettrait peut être un peu les choses au clair ! Avec un titre putaclic si possible 🙂

  • Bonsoir Bruce,

    Tout d’abord merci pour cet billet, clair et complet, sur la question. Merci aussi pour le livre, qui est super! Merci pour tout, en général.

    Evidemment, je poste ici comme la plupart des gens qui commentent: par réaction. Pour faire entendre mon avis.

    Si je suis d’accord avec tout ce que tu dis, je trouve que tu vas (un peu) vite en besogne, et que quelques gants auraient pu être mis (si tu me permets l’expression) avant de dire certaines choses:

    -> »est-il normal que YouTube modifie son algorithme sans prévenir personne et, surtout, sans indiquer à personne la nature des changements réalisés ? Réponse courte : Oui, évidemment !! »

    Je ne vais pas revenir sur ton argumentation, tout à fait juste, et me contenter de modifier un mot: il est LEGAL que YouTube le fasse. Il en a le droit. Tout comme mon patron a le droit de me demander un mot du médecin si je suis absent une demi-journée lorsque je suis malade. C’est LEGAL. Normal? ça dépends du point de vue…

    Evidemment, c’est normal du point de vue de YouTube: il met tout le temps son algo a jour, et en teste sûrement plusieurs en parallèle sur différentes personnes pour voir quel version marche le mieux. Il sera contre-productif de sa part d’en tenir informé ses utilisateurs (créateurs comme visionneurs).

    Tout comme BlaBlaCar peut décider d’augmenter à 50% la part qu’elle prends à chaque transaction. Elle a le droit, et c’est normal. La question de si c’est JUSTE, elle dépends de la morale de chacun. Certains (dont moi, tu auras deviné) pourraient trouver qu’une entreprise du TURFU (tavu) pourrait aller un peu plus loin dans sa relation avec ses usagers et ceux qui font son contenu. Que ça serait « sympa » de sa part de faire un geste quelconque, même un générique « au fait, on va faire une grosse update de l’algorithme demain », par exemple.

    A ce titre, chacun (les youtubers compris) a le droit d’être moralement contre et de trouver injuste son traitement. Ton article oublie un peu de mentionner ce genre de « zone grise », et alimente les propos du style « ouais t’as raison, rien que des rageux, les gamins qui font du youtube chez eux, mais bon toi, t’es pas pareil, toi je t’aime bien », que j’ai pu lire dans tes commentaires…

    C’est dur d’en parler sans pondre des pages, mais, pour conclure, je te renvois à mon premier exemple (le patron et le certificat médical): ce qui est normal n’est pas forcément sympa ni juste. De nos jours il est normal de pomper le pétrole, massacrer des animaux. il y a 150 ans, il était normal d’avoir des esclaves… Il ne faut pas oublier de rappeler le référentiel de chaque théorème…

    Allez, jt’e kiffe quand même,

    Bisous,

    p.s.: Pourrais-tu élaborer quelque part sur le fait qu’un annonceur aie le même poids qu’un utilisateur pour reporter un contenu? J’ai… comment dire… beaucoup de mal a croire que j’ai le même poids que la 20th Century Fox sur le sujet du Content ID Youtube 😉

  • Pas mal. Après pour ce qui est de la démonétisation pour non ad-friendly je trouve ça pénalisant pour ceux qui font du contenu contestataire agressif. Genre Raptor Dissident pour ne pas le citer. C’est dommage que la plateforme refuse de payer des créateurs de contenus si une partie de ses utilisateurs ne peuvent les saquer.
    Anyway. J’vais aller voir si je suis pas désabo d’Antoine Daniel…

  • Cet article me fait me sentir vieux et nerdz 🙁

    Je suis vraiment le seul à jamais s’abonner (sauf quand je trouve que c’est mérité et monétisé) et simplement gérer mes chaines favorites via des marque pages et dossiers comme à l’ancienne ?

    Je classe tout comme ça sur mon navigateur, et même sur mon ordi en général…

    Sinon bel article, merci encore bruce.

  • Très bon article qui résume bien le phénomène YouTube. En tant que SEO, je rejoins la vision de Quentin qui me parait juste. Les modifications d’algo YouTube obéissent à la même évolution que ceux de Google et logique car Youtube = Google.

    Personnellement, je trouve que c’est une bonne chose niveau expérience utilisateur. C’est quand même plus pertinent de se voir proposer de nouveaux contenus que toujours les mêmes « gros contenus » aux millions d’abonnés (et accessoirement millions d’euros) mais bon dès qu’il y a de l’argent en jeu, ca couine…

  • Merci Bruce pour ce point de vue nouveau et très intéressant.
    L’éclairage le plus important est, je trouve, le fait de rappeler que personne ne sait au final ce qui se trouve dans ce fameux algorithme ! Il y a cette rumeur sur les contenus télé, mais on manque vraiment de recul pour se rendre compte si ces médias sont réellement plus présents que les autres.

    Personnellement, il y a un pour moi un non sens dans tout cela qui m’a même donné beaucoup de mal à comprendre ce qu’il se passait : les youtubers se plaignent à la fois du putaclic, et de la disparation d’un algorithme qui semblait les mettre en avant ! Ils disent aussi que le nouveau système est pénalisant pour les petits vidéastes, qui pouvaient prétendre s’en sortir grâce notamment aux pouces bleus… mais enfin, un youtuber qui ne fait pas beaucoup de vues ne va pas compter sur ces vues pour en récolter d’autres !

    Au final, je pense qu’il faut se souvenir de deux choses : comme dirait Squeezie, pensez à comment faire une bonne vidéo avant de pensez comment avoir de la visibilité, et comme tu le dis souvent Bruce, rien ne remplacera le partage des vidéos sur les réseaux sociaux pour faire grimper une chaîne en audience.

    (par contre ce problème de désabonnements est à résoudre sinon toute la logique du fonctionnement youtube s’écroule…)

    • Erreur au début de mon deuxième paragraphe :
      « les youtubers se plaignent à la fois du putaclic, et de la disparation d’un algorithme qui semblait les mettre en avant ! »
      –> la bonne version :
      « les youtubers se plaignent à la fois du putaclic, et de la disparation d’un algorithme qui semble favoriser cette pratique ! »

  • Très bon article, qui part à contre courant de la pensée dominante, comme souvent avec toi d’ailleurs, (au sujet de youtube), et qui permet d’avoir une vision plus compléte du « probléme »

    mais l’onglet qui me manque vraiment et qui était le meilleur et le plus pertinent à mon sens, c’était l’onglet « activité de vos abonnement » qui a disparu du jour au lendemain sans aucune explication de la par de youtube.
    C’est vraiment dommage j’avais découvert bcp de chaine grâce à cet onglet.

  • Bonjour Bruce,

    tout d’abord, je voulais dire que j’avais dévoré l’article, c’est très bien construit, avec des choses très justes. Bravo. Je ne connaissais pas ton site (si si).

    Ensuite, je voulais rebondir sur quelques points. Comme Quentin, qui commente plus haut, je suis SEO et j’ai un regard différent sur quelques points.

    Tout d’abord, l’exposé sur les « manipulations » est très bonne, mais je voulais ajouté qu’il y a bien plus fort pour manipuler. Premièrement, il est possible de simuler de vrais visiteurs via des outils d’automatisation (je développe pas) et donc obtenir des vues, dans le temps, avec un pourcentage variant de clic jaime et même de quelques pouces vers le bas pour l’authenticité si j’ose dire. Et ça, si c’est bien fait, c’est indétectable. Deuxièmement, il est aussi possible de manipuler les algorithmes de Youtube, mais pas sur Youtube, uniquement en jouant sur les fondamentaux de Google.

    Par ailleurs, j’ai quelques remarques, d’un ordre plus ideologique. Car je trouve que ton article dégage une certain confiance en ces réseaux sociaux, que je ne partage pas.
    UN, tu parle de bulle sur FB et Twitter notamment, pour le confort de l’utilisateur. Moi j’appelle ça vulgairement un problème de consanguinité. Et Google y va tout droit aussi depuis quelques années. L’idée n’est ainsi par de juger de la qualité de la vidéo (ou du site) mais de la qualité de celui qui fait la requête. Pour un géant comme Google, c’est en effet beaucoup plus simple de catégoriser (de plus en plus) précisément les utilisateurs, que la qualité des textes et contenus vidéos. Ce qui aboutit à trouver ce qu’on aurait connu de toute manière sans l’aide de Google (quoi qu’on puisse en penser). ça ne dérange pas la majorité des utilisateurs, moi si. Passons.

    Tu parles aussi de client en parlant des utilisateurs. Si on remplace Client par Produit, on comprend un tout petit peu mieux certains fonctionnements.

    Enfin, tu dis aussi que YouTube n’a pas a avoir de ligne éditoriale, et tu as entièrement raison. En revanche, si une ligne éditoriale est « intégrée » à leurs algorithmes, on ne le saura pas (ou pas totalement pour être exact). Et en ce sens, le problème que nous utilisateurs nous faisons beaucoup trop confiance aux réponses pertinentes apportées par ces réseaux sociaux.

    Ceci étant dit, très très bon article. Je retourne à mes petits problèmes de SEO qui pense pouvoir sauver le monde ^^

  • Bonjour Bruce.

    Laissez-moi pour commencer vous remercier pour cet article.

    Ceci-dit… Il me semble que tant qu’à faire, une vidéo sur le fonctionnement général de youtube aurait sa place sur votre chaîne principale.

    N’ayez ceci-dit pas l’impression que je me plains s’il vous plait, je suis bien trop plein de gratitude pour vous pour n’oser ne serait-ce que l’envisager. Mon commentaire n’est qu’une proposition, et étant donné que le reste de vos vidéos sont traitées de manière à faire sens pour moi, je ne voyais personne de plus indiqué pour la faire.

    En vous encouragent à poursuivre votre travail, laissez-moi vous adresser, Bruce, mes plus vives félicitations ainsi que de vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’années.

    Séverin Jaggi

  • Salut Bruce,

    Je pense au lieu de chercher à comprendre l’algorithme de You Tube. Au lieu de rejetter la faute sur You Tube ou bien sur les autres Youtubeurs. Il faut se concentrer sur son contenu et apporter de la valeur à son audience.

  • Merci pour cet article, qui m’a beaucoup appris.

    Je me doutais bien qu’il y avait de l’exagération de la part des youtubeurs qui critiquaient le nouvel algorithme (ça leur fait de la pub de crier « Oh non, c’est trop injuste »).

    D’ailleurs, je n’ai pas remarqué de problème sur ma chaîne (à ma modeste échelle, j’ai même constaté une augmentation du nombre de vues depuis septembre). Je ne cherche jamais à être plus maline que l’algorithme (et puis, sur un thème sérieux, faire du « putaclic », c’est dur…).

    Effectivement, on ne peut faire que des suppositions sur l’algorithme, mais il reste excellent ; je le constate en tant qu’utilisatrice.

    Je suis d’accord avec toi : YouTube n’a pas à faire passer en priorité le contenu culturel…un excellent contenu culturel a des chances de se faire voir aux milieu des vidéos superficielles. Tu prouves par tes vidéos qu’on peut allier humour et contenu sérieux, et du coup, sur un secteur davantage de « niche » mais bien moins « concurrentiel » que la vidéo de jeux vidéos, ou de chatons mignons, inciter les gens à te regarder en assimilant cela à un loisir.

  • […] même le n°1 mondial s’en est plaint. Au milieu de la masse inquiète, Bruce d’E-penser a un tout autre positionnement sur la question (je vous conseille fortement de lire tous les commentaires, en plus, car il s’y […]